|         FR  |   EN

EMMET GOWIN, L’AUTHENTIQUE

Indépendant de tout mouvement artistique, le photographe américain Emmet Gowin a construit depuis les années 1960 une œuvre intimiste et poétique, comme un don en hommage à la beauté du monde et des gens qu’il aime.
Les photographies qu’il a faites de sa famille – sa femme Edith, « le fil conducteur et l’expérience rédemptrice de ma vie », leurs enfants –, intimes et libres, dépassent la chronique familiale pour composer une symphonie visuelle dont les notes sont autant d’instants où se révèle un moment précieux d’échange entre deux êtres. Comme Emmet Gowin le confiait à Laurence Cornet lors de leur entretien de mars dernier, « Edith est beaucoup plus importante que moi dans mon travail », en ce qu’elle sait retenir cet instant et accueillir le regard du photographe : « Vous êtes là, et on vous accepte. […] Je ne veux pas voler quelque chose aux gens. Je leur laisse le choix. Diane Arbus professait exactement le contraire. »

Leçon de vie
Ce regard intense et chargé d’émotion, il l’a aussi transposé au paysage. Loin de tout sensationnalisme, ses photographies aériennes et leurs lumineux noirs et blancs sont autant de méditations sur la beauté de la nature, même meurtrie par l’activité humaine. Avec Emmet Gowin, la leçon de photographie s’accompagne toujours d’une leçon de vie. Comme celle que Harry Callahan, son professeur à l’université, guide et mentor, lui a donné le jour où il lui dit, après avoir vu l’une de ses séries : « J’aurais aimé les avoir prises moi-même. Il y a eu une époque où j’aurais pu le faire, mais cette époque est révolue, et la même chose vous arrivera. » Nous ne devrions pas nous sentir menacés par cela, affirme Emmet Gowin : « Tout ce que vous photographiez vous appartient. »

Photo ci-dessus: Edith, Chincoteague Island (Virginia), 1967. Copyright Emmet Gowin.

Monographie Emmet Gowin, éditions Xavier Barral, 48 euros. 
• Une grande rétrospective consacrée à Emmet Gowin a eu lieu à la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris, de mai à juillet 2014.

Pour lire l’entretien d’Emmet Gowin avec Laurence Cornet, « Vous êtes là et on vous accepte », voir Camera n° 6, p. 33-37.

Commander le numéro                                                                                                                                                                   Précédent | Suivant


PANIER : pas d'article

Libellé
Quantité
Prix Unitaire
Votre panier est vide

© Publications Camera. Conditions Générales de Vente Tous droits réservés.