|         FR  |   EN

EDEN AND AFTER, LE NOUVEAU LIVRE LUMINEUX DE NAN GOLDIN

Dans son dernier livre, Eden and After (L’Eden et après), qui vient de paraître chez Phaidon, Nan Goldin nous entraîne a priori loin des marginaux, drag-queens, drogués et autres anti-conformistes qui, d’être ses compagnons de jeunesse, traversaient ses diaporamas en forme de journaux intimes. Elle nous emmène aujourd’hui au cœur de l’enfance, de sa sauvagerie, de sa liberté, de sa pureté, de sa malléabilité : au cœur du paradis perdu.
Le livre, une compilation de plus de 300 photos prises de ses débuts à aujourd’hui, raconte la vie des enfants, leur évolution, comme s’ils venaient d’une autre planète et y retournaient. Ces enfants, très souvent, sont ceux de sa « tribu », proximité oblige. Dans ses images transparaissent pour la première fois l’humour, mais aussi de nouvelles couleurs, du jaune, du blanc, du vert… et toujours cette authenticité, ce réalisme qui la caractérisent, par-delà son sens aigu des couleurs et de la composition. « L’Eden est un retour à la pureté, à un temps sans jugement. Je pense à l’Eden comme à un état de l’être humain », a-t-elle confié à Jonas Cuénin lors de leur rencontre. Un état d’où les adultes et le conditionnement social nous arrachent.

Liberté d’être et de devenir
Drag-queens ou enfants, Nan Goldin défend finalement toujours la liberté d’être et de devenir. Pour elle, qui ne comprend pas pourquoi la nudité d’un corps, si naturelle, peut choquer, l’autonomie et l’identité de l’enfant, comme l’identité sexuelle d’un individu, ne sont jamais assez respectées.
Son ambition n’est pourtant pas simplement de se révolter, de montrer, mais de donner à voir, de façon inépuisable : « Plus je regarde l’œuvre de Peter Hujar, plus je vois. Alors que pour la plupart des photographes, lorsqu’on regarde cinq minutes, on distingue tout très rapidement. C’est une des raisons pour lesquelles je maudis la photographie. J’ai toujours voulu être cinéaste. J’aime trop le sous-entendu. Et c’est là où je m’interroge. Mon plus grand doute : suis-je une vraie artiste ? »
 

Eden and After, de Nan Goldin, éditions Phaidon, 85 euros.

Pour lire la rencontre de Nan Goldin avec Jonas Cuénin, voir Camera n° 6, p. 3-24. 

Commander le numéro                                                                                                                                                                   Suivant


PANIER : pas d'article

Libellé
Quantité
Prix Unitaire
Votre panier est vide

© Publications Camera. Conditions Générales de Vente Tous droits réservés.